La Chapelle

La Chapelle

L’Histoire

     Pendant le séjour de la société du Sacré-Cœur de Jésus au dix-neuvième siècle, les religieuses ont vendu quelques œuvres de la menuiserie et du décor luxe de l’Hôtel pour payer pour leur travail, et aussi pour la grande chapelle en 1874. Jean Juste Gustave Lisch a construit la chapelle. C’était la forme d’un signe de croix latin, mais c’était la façon néo-gothique. À l’intérieur, c’était la façon des églises de la treizième siècle.

     Après 1919, quand l’Hôtel Biron était un musée, il y avait deux rénovations principales. Dans les années soixante, ils ont remplacé la toiture avec une toiture verre pour avoir l’éclairage naturel dans la galerie. En 2003 à 2005, Pierre-Louis Faloci a conçu la chapelle avec plus des salles pour le garde-meuble et restauration. Aujourd’hui, ce bâtiment est l’entrée au musée, le lieu pour des expositions temporaires, les bureaux, la librairie, et la boutique de cadeaux.

L’art

La Chapelle

L’exposition temporaire dans la Chapelle aujourd’hui s’appelle Rodin, La Chair, Le Marbre. On peut voir une cinquantaine des marbres et aussi beaucoup de maquettes. La matière utilisée, le marbre, est très importante. D’abord, beaucoup d’artistes considèrent le marbre comme le matériau le plus proche de la chair. Le marbre, qui est d’abord dur et froid, devient chaud et souple comme la chair sous les mains des sculpteurs. Les œuvres dans cette exposition devient, alors, très proche aux humaines. Donc, L’idée de cette exposition est de répliquer les humaines. Deuxièmement, le marbre nous fait reconnaître l’Antiquité, le mythe de la Grèce antique, et l’Italie renaissante. Cette exposition nous fait penser aux plusieurs périodes au passé et elle ajoute couches au musée. D’un côté on pense à l’antiquité, mais d’un autre côté on pense au période du Rodin. Finalement, l’espace réfléchi  les thèmes des sculptures. Les sculptures restent sur des bloches en bois et le décor est uni et simple. L’espace devient alors comme un atelier d’un artiste.

Exposition des Marbres

La Boutique

     La boutique est un bon exemple du mélange entre le vieil art de Rodin et le consumérisme. La boutique vend des objets historiques pour enseigner aux visiteurs l’histoire du musée, mais aussi vend des choses très commerciales comme les bijoux et les cartes postales qu’on peut voir dans une boutique touristique typique. Les choses que la boutique vend sont des bonnes représentations de la mémoire parce que les choses qu’ils sont là sont presque choisi des oeuvres meilleur de la musée. Cette boutique est aussi un peu comme une petite musée en soi, parce qu’il y a des vraies petites copies dans les vitrines qu’on peut acheter. Comme la chapelle qui entoure, la boutique est une bonne synthèse entre la modernité et l’histoire du musée. 

La Synthèse

     La visite de l’art du Musée Rodin commence au jardin nord, mais la première impression du musée est la chapelle. Avant de tout, le visiteur peut voir un vieux bâtiment qui avait eu beaucoup des changements et maintenant a une fonctionne moderne. Le thème de l’éclairage naturel qui est constant aux autres parties du musée est dans la chapelle, aussi.

     Plus des autres espaces, la chapelle illustre avec éclat les impressions de l’histoire sur la création du Musée Rodin et sur le visiteur d’aujourd’hui. Comme on peut lire au-dessus, la chapelle était un bâtiment que les religieuses ont créé à faire la pratique religieuse. Mais pour cette création, elles ont vendu le décor de l’Hôtel Biron. L’addition de la chapelle s’a fait l’Hôtel un bâtiment avec moins de la grandeur. Ça échange démonte la violence qui est inhérent à la procès de la création : perdant des objets, cultivant la terre, décapage des couches du palimpseste.

Musée Rodin

Log In | Log Out